Le palais de Larare


Message

lya61
Membre

Voir plus


Date du message : mardi 10 janvier 2017 à 16h48


Bonjour,

Je me suis inscrit sur le forum pour poser des questions et échanger sur divers sujets sur l'oeuvre de Maria Valtorta.

J'ai pu me procurer le livre de Jean François Lavère : "L'énigme Valtorta - Une vie de Jésus romancée"

Jean François Lavère affirme que le palais de Lazare correspond à un palais découvert sur le mont Sion à Jérusalem en 1983 (le Wohl Archaeological Museum).

Selon JF Lavère, Maria Valtorta décrit dans l'oeuvre le palais de Lazare qui correspond exactement au palais retrouvé à Jérusalem : salle rouge, salle blanche, vestibule, cour pavé, mêmes dimensions etc...
Voici un des textes de Maria Valtorta sur le palais de Lazare : http://www.maria-valtorta.org/Publication/TOME%200
mais la description qu'elle fait du palais est assez mince à mon sens pour pouvoir affirmer avec force que le Wohl Archaeological Museum est le palais de Lazare.
J'ai manqué quelque chose ou y'a t-il d'autres textes dans l'oeuvre qui fournissent d'autres descriptions du palais ?

Je vous remercie.

LYA

Message modifié le mardi 10 janvier 2017 à 16h49 par lya61

Message

Jean Paul
Visiteur


Date du message : dimanche 15 janvier 2017 à 18h38


Bonsoir LYA

Lazare ne séjournait que rarement dans son Palais du fait de l’inconduite notoire de sa sœur, Marie de Magdala. Les visions de Maria Valtorta confirment qu’il n’y venait que lors des fêtes religieuses. Cette appréhension à venir vivre à Jérusalem était sans doute liée à la situation géographique de son palais dans la ville haute près des demeures de l’aristocratie locale qu'il ne tenait pas à rencontrer. On a donc peu de visions se déroulant en ce palais.

La scène tome V chapitre 66 intitulé : Le samedi des azymes, où l’on apprend que le fils aîné du Grand Prêtre Hanne a violé une pauvre fille qui cherchait du travail se situe semble-t-il à Jérusalem en ce lieu. Le mot Palais n’est pas écrit mais le nombre de personnes présentes dans la maison étant impressionnant comme en témoigne cette remarque de Maria Valtorta :

« Heureusement que la pièce est vaste, autrement comment feraient-ils pour déployer tant d'inclinations et d'embrassades et de luxueux manteaux ? »,
on peut raisonnablement en déduire qu’il s’agissait du Palais de Lazare. Cette scène par contre n’apporte hélas rien d’intéressant au niveau du descriptif de la demeure !

Le texte que tu cites LYA : La parascève le matin me semble le seul qui nous donne quelques indications sur l’emplacement et l’agencement de ce Palais. Je retiens qu’il y a une cour d’honneur au milieu de laquelle jaillit une « source » claire et surtout cette précision que je ne comprends pas mais qui mérite d’être approfondie par les chercheurs car elle est la clé de l’emplacement exact :
« Le Palais est établi sur une belle route qui débouche sur Le Siste, formant avec lui un T, et domine la ville basse ! »
Pourquoi n’a-t-on pas demandé plus amples précisions à Maria Valtorta sur ce mot Siste qui semble désigner un gymnase. ( Xyste ) ? pourquoi d’ailleurs n’a-t-on pas traduit Xyste au lieu de Siste qui ne veut rien dire ?
Etait-ce le célèbre bâtiment du xyste de Jérusalem érigé dans la période judéo-hellénistique probablement sous le règne d'Hérode ?

J’ajoute, LYA, concernant le palais de Lazare que Catherine Emmerich n’y voyait dans ses visions qu’une très belle maison sise à Jérusalem près de la porte par laquelle on va à Bethsur

Avec toute mon amitié
Jean Paul

Message

Benoit
Membre

Voir plus


Date du message : dimanche 15 janvier 2017 à 22h16


pour avoir une vision plus exhaustive du Palais de Lazare situé sur la colline de Sion, et à proximité du Xyste, formant un T avec lui, il convient de lire les chapitres 4.145 ; 5.61 ; 5.62 ; 5.65 ; 5.66 ; 8.20 ; 8.27 et 9.11

Message

lya61
Membre

Voir plus


Date du message : mardi 17 janvier 2017 à 15h33


Merci pour vos réponses.

Message

francois
Membre

Voir plus


Date du message : vendredi 15 novembre 2019 à 10h26


Bonjour,
alors que je faisais des recherches sur le palais de Lazare, je tombe sur ce post ancien, et souhaite y appoter quelques précisions.

Tout d'abord, lya61 :
[J'ai pu me procurer le livre de Jean François Lavère : "L'énigme Valtorta - Une vie de Jésus romancée"]
le titre de J.F Lavère est "L'énigme Valotrta - Une vie de Jésus romancée ? "
la forme interrogative du titre est importante... l'enlever change totalement le sens.


Concernant le palais de Lazare dans l'oeuvre, celui-ci est décrit de façon plus ou moins précise dans différents chapitres :

EMV 281
(le lieux n'est pas précisément nommé comme le palais de Lazare, mais semble fortement y correspondre : assez grand pour y recevoir de nombreuses personnes, se situant vers Ophel :
"Ils s'arrêtent devant une haute maison qui, si je ne me trompe, est du côté du faubourg d'Ophel, mais l'endroit est plus riche.
"Est-ce ici que nous nous arrêtons ?"
"C'est la maison que Lazare m'a offerte pour le banquet de réjouissance. Marie est déjà là.")

"Marthe se fait reconnaître et ouvrir. Ils entrent tous dans un long atrium qui débouche dans une cour pavée[1] possédant quatre arbres aux quatre coins. Une vaste salle s'ouvre au-dessus du rez-de-chaussée [2] et, par les fenêtres ouvertes, on découvre toute la Cité [3] avec ses montées et descentes. J'en conclus donc que la maison est sur les pentes sud ou sud-est de la ville[4]. La salle est préparée pour un très grand nombre d'hôtes. Des tables, en grand nombre, sont disposées parallèlement. Une centaine de personnes peuvent s'y restaurer commodément." [5]

[1] long atrium : crédible en prenant en compte l'atrium proprement dit prolongé par le couloir menant à la porte d'entrée
[2] affirmation de l'existence d'un ou plusieurs étages, non confirmé par les fouilles de la maison palatiale (escalier en bois ?) incendiée en 70 par les légionnaires de Titus
[3][4] conforme à l'emplacement des fouilles
[5] suppose la présence de grandes salles de réception


EMV 371
Le palais de Lazare est en train d'avaler les derniers groupes de disciples quand ils le rejoignent. Ils entrent rapidement, et le portail de fer se referme avec le grand bruit de ferraille des verrous poussés par le gardien.

Une seule lampe, portée par la femme du gardien, a du mal à éclairer le vestibule carré entièrement blanc [6]du palais de Lazare. On comprend que la maison n'est pas habitée bien qu'elle soit gardée et tenue en ordre [7]. Marie et Marthe conduisent les hôtes dans un vaste salon [8], qui certainement sert pour les banquets, aux murs fastueux couverts d'étoffés précieuses, qui montrent leurs arabesques à mesure qu'on allume les lampadaires et qu'on place des lampes sur les crédences, sur les coffres précieux, disposés le long des murs, ou sur les tables qui s'y appuient, toutes prêtes à servir, mais inutilisées depuis un certain temps.

[6] conforme à la découverte des fouilles
[7] crédible dans la mesure où Lazare n'était pas le bienvenue par ses contemporains, notamment du Sanhédrin, par le comportement de sa soeur Marie
[8] suppose la présence de grandes salles de réception

Message

francois
Membre

Voir plus


Date du message : vendredi 15 novembre 2019 à 10h28


EMV 372
Dans le palais de Lazare transformé en dortoir pour cette nuit, on voit des hommes qui dorment un peu partout. On ne voit pas de femmes. Peut-être les a-t-on conduites dans les pièces au-dessus.

Jésus sort sans bruit dans le vestibule et passe de là dans la cour d'honneur [9]. Il se lave à une source claire qui chante en son milieu dans un carré de myrte au pied duquel il y a des petits lys très semblables à ce qu'on appelle des muguets français. Il met de l'ordre dans sa toilette et, toujours sans faire de bruit, il se dirige vers l'escalier qui mène aux étages supérieurs et à la terrasse au-dessus de la maison. Il monte là-haut pour prier, pour méditer...

Le palais de Lazare est certainement sur une des si nombreuses élévations de terrain qui font des rues de Jérusalem une succession de montées et de descentes, spécialement dans les moins belles. Presque au centre de la ville, mais légèrement incliné vers le sud-ouest. [10]

Il est établi sur une belle route qui débouche sur le Siste, formant avec lui un T, et domine la ville basse. En face de lui, Bézéta, le Moriah et Ophel, et derrière ceux-ci la chaîne de l'Oliveraie; en arrière et appartenant déjà à l'endroit où il s'élève, le mont Sion, alors que sur les deux côtés le regard s'étend au sud vers les collines du midi, alors qu'au nord Bézéta cache une grande partie du panorama. [11]Mais au-delà de la vallée du Gihôn, la tête chauve du Golgotha émerge jaunâtre dans la lumière rosé de l'aurore, toujours lugubre même dans cette lumière joyeuse.

Puis il se tourne pour regarder les collines au sud de la ville et il dit : "La maison de Caïphe !"[12]

Voilà qu'au portail du palais on frappe une série ininterrompue de coups vigoureux. Jésus se penche pour voir, mais la corniche fait fortement saillie, alors que le portail est très en retrait dans le mur épais, aussi il ne peut voir qui frappe. [13]

[9] conforme aux fouilles
[10] [11] conforme à la localisation et à l'orientation des fouilles
[12] La maison de Caïphe, se trouve plein sud des fouilles, à environ 400m (actuelle Eglise St Pierre en Gallicante)
[13] crédible avec un couloir assez long comprenant quelques marches avant de donner sur l'atrium

Message

francois
Membre

Voir plus


Date du message : vendredi 15 novembre 2019 à 10h29


EMV 375
Marthe, qui la cherche, passe la tête à l'intérieur. "Viens, donc ! Nous devons préparer la salle rouge [14] pour la cène du Seigneur."
"Non, Marthe. Celle-là, vous la donnerez aux plus humbles, aux paysans de Giocana, par exemple."
"Mais pourquoi, Maître ?"
"Parce que les pauvres sont autant de Jésus et que je suis en eux. Honorez toujours le pauvre que personne n'aime, si vous voulez être parfaites. Pour Moi, vous préparerez dans l'atrium. En tenant ouvertes les nombreuses portes qui donnent en son intérieur [15], tous me verront, et Moi, je verrai tout le monde."
Marthe, pas trop satisfaite, objecte : "Mais Toi, dans un vestibule !... Cela n'est pas digne de Toi !..."

Ainsi dans la splendide, royale salle rouge, dont la voûte est soutenue par deux colonnes de porphyre rouge entre lesquelles on a dressé la longue table, sont assis les paysans de Giocana, avec Margziam, Isaac, et d'autres disciples pour arriver au nombre requis. Dans la salle, où eut lieu le repas le soir précédent, il y a d'autres disciples parmi les plus humbles.
474> Dans la salle blanche [16], un rêve de candeur, se trouvent les disciples vierges, et avec elles, qui sont seulement quatre, il y a les sœurs de Lazare et Anastasica et d'autres jeunes. Mais la reine de la fête c'est Marie, la Vierge par excellence. Dans la pièce voisine, qui peut-être est une bibliothèque [17]car elle est garnie de hauts coffres sombres qui peut-être contiennent des rouleaux ou en contenaient, se trouvent les veuves et les épouses, avec à leur tête Élise de Béthsur et Marie d'Alphée. Et ainsi de suite[18].
Mais ce qui frappe, c'est de voir Jésus dans l'atrium de marbre[19]. Il est vrai que le goût raffiné des deux sœurs de Lazare a fait du vestibule carré un véritable salon éclairé, fleuri, plus splendide qu'une salle. Mais c'est toujours un vestibule ! Jésus est avec les douze, mais à côté de Lui, il y a Lazare. Et avec Lazare, il y a aussi Maximin.

Une fois les cènes terminées, après qu'a été consommé le dernier calice, qu'a été chanté le dernier psaume, tous ceux qui étaient dans les différentes salles affluent dans l'atrium. Mais ils n'y entrent pas à cause de la table trop encombrante.
"Allons dans la salle rouge, Maître. Nous pousserons la table contre le mur et nous nous tiendrons tous autour de Toi" suggère Lazare, et il fait signe aux serviteurs de prendre cette disposition.
Maintenant Jésus, assis au milieu, entre les deux précieuses colonnes, sous un lampadaire qui l'éclaire vivement "

[14] conforme à une seule salle rouge retrouvée parmi les ruines
[15] conforme au fouilles : 2 portes vers la grande salle de réception, 2 portes vers la salle rouge, une porte vers la cour
[16] référence archéologique manquante
[17] une seconde pièce jouxtant la salle blanche est effectivement découverte lors des fouilles
[18] laisse supposer la présence d'au moins un autre pièce comme celle décrite, ce qui corrobore la découverte des 3 petites salles en enfilade.
[19] le site interBible parle d'un vestibul décoré d'une mosaïque "presque entièrement détruite". Serait-ce une mosaïque de marbre blanc ? (photo non trouvée)

Message

francois
Membre

Voir plus


Date du message : vendredi 15 novembre 2019 à 10h34


EMV 376
Les salutations n'en finissent plus. Heureusement que la pièce est vaste [20], autrement comment feraient-ils pour déployer tant d'inclinations et d'embrassades et de luxueux manteaux ? Mais si grande qu'elle soit elle est vite comble, et les disciples s'esquivent. Il ne reste plus que Lazare avec Jésus. Peut-être aussi il ne leur paraît pas indiqué de se trouver sous le feu de tant de pupilles synhédristes !

[20] conforte la présence d'une salle aux dimensions imposantes (grande salle de réception découverte lors des fouilles : 11X6,5 m)


Ces données montrent que les ruines d'un palais de 600m² découvertes en 1983 par Naham Avigad, qu'ils appelèrent la maison princière (palatial mansion), devenue The Wohl Archaeological Museum, correspondent fortement à la description que Maria Valtorta a faite du palais de Lazare. Sachant qu'un tel palais ne pouvait bien évidemment qu'appartenir à un personnage puissant et/ou riche, du fait de ses dimensions et aussi de son implantation face au Moriah, au sommet de la colline de Sion, et que de tels palais ne devaient sûrement pas être identiques pour se démarquer de ses voisins tout aussi riches, tout laisse à penser que ces fouilles découvertes 38 ans après les description de Maria Valtorta, correspondent bien au palais de Lazare.

Une reconstitution du palais d'après les plans des fouilles archéologiques découvertes en 1983 :

sous un autre angle :

A noter la présence sur ce plan d'un élément de puits, mentionné par interBible appuyé par la photo ci-dessous, montrant ce puits face au Moriah, ainsi qu'une mosaïque au sol, d'une fleur à 6 pétales, que je n'ai pas (encore?) vu sur des photos prises du Wohl Archaeological Museum.

Edit : modification des liens photos

Message modifié le vendredi 15 novembre 2019 à 12h21 par francois

Message

lya61
Membre

Voir plus


Date du message : lundi 18 novembre 2019 à 09h41


Merci françois pour ces précisions.